Améliorer l’équité en matière de santé en Europe

Priorités pour le paysage politique de l’UE 2024-2029

231106_page_EU2024Priorities_illustration1

EuroHealthNet lance ses priorités pour l'Union européenne (UE) visant à améliorer l'équité en matière de santé et le bien-être en Europe d'ici 2030 en agissant sur les déterminants de la santé – les conditions sous-jacentes dans lesquelles les gens naissent, grandissent, vivent, apprennent, travaillent et vieillissent.

Les priorités proposées font avancer les objectifs des traités de l’UE promouvoir la paix et les valeurs européennes, à savoir la dignité humaine, la liberté, l'égalité et la solidarité, ainsi que le bien-être de ses peuples (article 3 du Traité sur le fonctionnement de l'UE (TFUE). L'objectif de l'UE de protéger la santé dans toutes les politiques de l'UE (Art. 168 du TFUE) fournit la base juridique permettant à l'UE et à ses États membres d'accélérer l'action politique en faveur de l'équité en santé, en particulier dans des domaines traditionnellement considérés comme « hors du champ de la politique de santé », tels que l'emploi, l'éducation, l'environnement, l'agriculture, le commerce. ou l'économie.  

« L'objectif d'EuroHealthNet est de réduire les inégalités en matière de santé en Europe. Il existe encore une différence de 9 ans dans l'espérance de vie entre les pays de l'UE et l'écart en matière d'espérance de vie en bonne santé est encore plus grand – jusqu'à 18 ans. de confiance dans les institutions. Elles sont principalement le résultat de nos actions politiques et de la manière dont nous façonnons nos sociétés. La réduction des inégalités devrait donc être une priorité clé pour l'UE.

Aperçu des priorités d'EuroHealthNet post-2024

  1. La vision globale d'EuroHealthNet est de parvenir à un Bien-être Économie dans l'UE, qui profite aux personnes et à la planète et garantit la paix, la dignité humaine, l'égalité des chances et l'équité.
  2. Les institutions européennes devraient renforcer et défendre les objectifs sociaux de l'UE et agir en conséquence. Pilier européen des Droits sociaux (EPSR) en tant qu’outil pour parvenir à l’équité en santé et à une économie du bien-être.
  3. L’Union européenne de la santé devrait être élargie pour englober d’autres priorités en matière de santé.

1. La vision globale d'EuroHealthNet est de parvenir à un Bien-être Économie dans l'UE, qui profite aux personnes et à la planète et garantit la paix, la dignité humaine, l'égalité des chances et l'équité.

2. Les institutions européennes devraient renforcer et défendre les objectifs sociaux de l'UE et agir en conséquence. Pilier européen des Droits sociaux (EPSR) en tant qu’outil pour parvenir à l’équité en santé et à une économie du bien-être.

3. L’Union européenne de la santé devrait être élargie pour englober d’autres priorités en matière de santé.

I. La vision globale d'EuroHealthNet est de parvenir à un Bien-être Économie dans l'UE, qui profite aux personnes et à la planète et garantit la paix, la dignité humaine, l'égalité des chances et l'équité.

L’Europe est confrontée à de multiples crises et conflits armés qui se chevauchent et s’intensifient, alimentés par des pressions sociales, politiques, écologiques et économiques. Ces crises provoquent une augmentation des inégalités de santé évitables entre et au sein des pays européens.

Des réponses cloisonnées, réactionnaires et déconnectées ne peuvent pas surmonter ces défis complexes ; ils nécessitent une réponse commune, globale et visionnaire. Cette réponse doit être transversale à tous les acteurs gouvernementaux de l’UE et au niveau européen ainsi qu’à tous les secteurs, et elle doit être fondée sur la participation de l’ensemble de la société.

231106_page_EU2024Priorities_illustration2

A Bien-être Économie est un modèle économique alternatif qui consiste à investir dans tous les peuples, à réduire les inégalités et à aligner la production et la consommation sur les limites planétaires. Il s’agit de garantir que nos économies soient réorientées pour mieux atteindre les objectifs de développement durable et aller au-delà, en valorisant non seulement le capital économique, mais aussi le capital humain, social, naturel et culturel.

Tous les acteurs ont un rôle à jouer pour accompagner cette réorientation. Institutions européennes, autorités des États membres, société civile, communautés et citoyens, entreprises sociales, sociétés et entreprises : tous doivent être sensibilisés, encouragés et habilités à contribuer à cette vision. Des structures de gouvernance de l’UE solides et transparentes qui soutiennent la coexistence pacifique et répondent aux besoins humains fondamentaux sont essentiels, tout comme l’autonomisation des personnes et leur donner une voix et une plateforme.  

Afin d'assurer une attention de haut niveau et une coordination des efforts dans l'ensemble de la Commission européenne, EuroHealthNet recommande qu'un neufs Vice-président de la Commission pour une économie du bien-être est nommé, en plus du commissaire à la santé et à l'alimentation.

EuroSantéNet propose également d'utiliser le Semestre européen en tant qu'instrument de pilotage clé pour mettre en œuvre la vision de l'économie du bien-être, guidé par une mise à niveau Tableau de bord social comprenant supplémentaire des indicateurs sociaux, environnementaux et de bien-être et un Bien-être Mécanisme d'alerte pour l’action politique.  

II. Les institutions européennes devraient renforcer et défendre les objectifs sociaux de l'UE et agir sur le socle européen des droits sociaux (SEDS) en tant qu'outil pour parvenir à l'équité en matière de santé et à une économie du bien-être.

La du Pilier des droits sociaux, qui énonce les principes essentiels pour construire une Europe plus juste, doit être considérée comme un «Pilier de l’équité en santé». Les 20 principes et droits constituent des conditions essentielles pour garantir que chacun atteigne son plein potentiel en matière de santé et de bien-être. Un travail de qualité et correctement rémunéré, une protection sociale et des services publics doivent être garantis à tous les groupes de la société, en particulier à ceux qui sont défavorisés.

Des mesures spécifiques doivent être prises pour réaliser Principe 16 sur l’accès équitable et abordable à des services de santé (préventifs) opportuns et de bonne qualité au sein et entre les États membres.

Une approche d’économie du bien-être offre un cadre complémentaire plus large pour la mise en œuvre du plan d’action SEDS d’ici 2030, guidé par une stratégie de lutte contre la pauvreté à l’échelle de l’UE.

231106_page_EU2024Priorities_illustration3

Face à un avenir incertain, nous devons favoriser la convergence, la solidarité, la confiance et la résilience dans toute l’Europe. Les changements démographiques et les transitions numérique et verte nécessitent une gouvernance forte et visionnaire et des services publics adaptables pour garantir que toutes les populations en bénéficient.  

Nous devons notamment veiller à ce que la prochaine génération bénéficie de droits sociaux essentiels afin qu’ils puissent se développer dans des conditions favorables à leur santé et à leur bien-être et développer les compétences essentielles pour hériter d’un monde en évolution rapide. Les mesures politiques visant à garantir le bien-être des enfants et des jeunes de tous les groupes doivent donc être prioritaires.  

III. L’Union européenne de la santé devrait être élargie pour englober d’autres priorités en matière de santé

La Union européenne de la santé (EHU) est un cadre bienvenu pour rassembler les mesures de politique de santé, mais il devrait être rendu plus holistique, intégrant l’équité en santé comme indicateur clé des progrès de l’UE.

Une plus grande attention portée au fardeau de les maladies non transmissibles et les inégalités dans leur impact distributif devraient être incluses. L'EHU devrait également coordonner une approche plus stratégique en la santé mentale chez tous Politiques de l’UE.

L'UE devrait recourir davantage aux sciences sociales et comportementales, telles que Perspectives comportementales et culturelles recommandé par le Bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé pour l’Europe pour éclairer l’élaboration des politiques et les pratiques.

La campagne en faveur d’une couverture sanitaire universelle doit être élargie pour inclure les nouveaux défis et opportunités numériques.

Une action plus audacieuse sur le déterminants commerciaux de la santé peut réduire les déséquilibres de pouvoir, créer des conditions de concurrence plus équitables pour les entreprises, fixer des conditionnalités à la croissance et limiter la prolifération de produits et d’industries malsains et non durables.

Nous avons besoin que l’UE accélère la mise en œuvre des engagements dans le pilier prévention du Plan européen pour vaincre le cancer, en particulier les dossiers législatifs concernant l’alcool, le tabagisme et la nutrition, actuellement retardés en raison de divers intérêts particuliers.

La crise climatique fait partie des défis les plus urgents auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. Son impact sur la santé planétaire met en danger notre propre santé et la résilience de nos systèmes de santé. Cet impact est inégalement réparti et ressenti. Même si nous sommes tous concernés, les personnes les plus vulnérables sont particulièrement exposées aux conséquences du changement climatique et au fait d’être laissées pour compte dans les solutions visant à s’y adapter et à l’atténuer.

Les institutions européennes doivent aider les États membres à développer des environnements de vie et de travail favorables à la santé. Ce domaine nécessitera des investissements financiers importants, qui pourraient générer des co-bénéfices pour l’équité en santé, tels que de nouvelles opportunités d’emploi et des partenariats intersectoriels.

Autres co-bénéfices pour la santé devraient être explorés et exploités. Les institutions de l’UE devraient guider et inciter les États membres à prioriser rendre le secteur des soins de santé plus écologique.

231106_page_EU2024Priorities_illustration4

Nos environnements alimentaires sont également devenus de plus en plus malsains, en particulier dans les zones les plus défavorisées. Les tendances au surpoids et à l’obésité sont en hausse, y compris chez les enfants. Réalisation des systèmes alimentaires durables et sains est une priorité clé pour l’équité en santé.

EuroHealthNet exhorte les institutions européennes à prendre l'initiative de créer et de protéger légalement des environnements alimentaires plus sains et plus durables, y compris au niveau mondial, créant ainsi de la valeur pour les personnes et la planète.

Pour y parvenir, EuroHealthNet appelle au le nouveau commissaire européen à la santé et à l'alimentation se verra confier un portefeuille élargi en matière d'alimentation; celui qui inclut des aspects tels qu’une alimentation saine, des environnements alimentaires et la réglementation du marketing et de la publicité des aliments malsains destinés aux enfants.

À l’approche des élections européennes prévues en juin 2024 – et alors qu’il ne reste que 6 ans pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030 – EuroHealthNet a présenté ses priorités politiques 2024-2029 pour l’UE. EuroHealthNet appelle les institutions européennes à aligner leurs objectifs et efforts politiques sous la bannière d'une économie du bien-être, afin de garantir la santé et bien-être durables des personnes et de la planète et améliorer l’équité sociale en matière de santé pour toutes les personnes vivant en Europe.

Suivez l'évolution de la santé publique en Europe
Abonnez-vous à notre newsletter pour la recevoir dans votre boîte de réception

Le contenu de ce site Web est traduit automatiquement de l'anglais.

Bien que tous les efforts raisonnables aient été faits pour fournir des traductions exactes, il peut y avoir des erreurs.

Nous sommes désolés pour la gêne occasionnée.

Passer au contenu